264 / LE GRAND PLACARD

Atelier d'architecture Aloys Beguin - Brigitte Massart


LE PACARD À BALAIS S'EXPOSE AU MAMAC


Scénographie de l’exposition « LE GRAND PLACARD » au MAMAC

Mise en espace des œuvres de 16 artistes ayant exposé dans la petite galerie expérimentale « le placard à balais » dans le giron de l’asbl « d’une certaine gaieté »


Lieu : MAMAC, Parc de la Boverie_4000 Liège (B)


Scénographie : Aloys Beguin

Commissaire : Carl Havelange

Graphisme : David Cauwe


Étude et réalisation : 2009

Carl Havelange :
« Le Placard à Balais, petite galerie expérimentale installée au cœur de Liège, est née d’une sorte de hasard, à la fin de l’année 2006, quand nous avons décidé, avec Michel Antaki, directeur de l’asbl « d’une certaine gaieté », de maintenir en l’état le panneautage de bois que nous venions de mettre en place, rue des Mineurs, au siège de l’association, à l’occasion d’une exposition de photographies. Une simple boîte blanche de 8 m2 : nous l’avons appelée le « Placard à Balais », clin d’œil à une réflexion de Glen Baxter à propos de l’ancienne galerie du Cirque Divers.

Le monde entier, pourquoi pas, dans un dé à coudre ! Une vingtaine d’expositions ont depuis permis d’éprouver et d’explorer plus avant les possibilités offertes par le lieu, la légèreté heureuse du dispositif et l’apparente contrainte de l’espace qui, chaque fois, se retourne comme un gant. Poétique du minuscule : à contre-courant de bien des tendances actuelles, le Placard à Balais favorise une pratique de la retenue et une esthétique de la condensation, a priori plus soucieuse d’intériorité que d’extériorisation spectaculaire. Il invite également à une réflexion sur la relativité de l’espace. Tout est question, non pas d’échelle au sens absolu du terme, mais d’un rapport d’échelle que chacun interroge, créant à loisir, dans l’espace ouvert du Placard, si petit, si grand, un monde qui lui est propre…

Depuis le début, Françoise Safin, conservatrice au Mamac, suit avec beaucoup d’attention l’improbable aventure du Placard à Balais. Avec elle, nous est venue l’idée de cette exposition, le Placard au musée, ou le Grand Placard ! Elle n’est pas rétrospective : en réunissant dans un même lieu les seize premiers exposants de la galerie, chacun porteur de propositions nouvelles, nous voulons surtout traduire, autrement que par la succession des expositions individuelles, le libre maillage d’amitiés et d’affinités artistiques qui donne son sens véritable à l’expérience du Placard à Balais.

Aloys Beguin a bien voulu concevoir la scénographie de cette exposition d’apparence – mais d’apparence seulement – oxymorique, trouvant à inscrire et à multiplier l’intimité du Placard dans le grand espace du musée et à rendre ainsi possible un vrai dialogue entre les œuvres. David Cauwe, quant à lui, a pris en charge, comme il le fait depuis le début, tout le travail de conception graphique. »